Peter Lin is reviewed by Music In Belgium

MUSIC IN BELGIUM

LIN, Peter – New age, old ways

Together, these boys are brilliantly resurrecting the universe of Ornette Coleman or John Coltrane. Their jazz sounds like a perfect reconstruction of the sound of the years 1957-1963. It’s so authentic that I even wondered if this record was simply not an album of covers of old jazz standards. But no, in fact, everything is written by Peter Lin, who has distributed the scores in a masterful way between his musicians, who perform instrumental prowess highlighting individual talents in the service of an unbeatable collective. In this case, the drummer Nic Cacioppo is simply fantastic, although we must not forget the phenomenal interventions of Peter Lin trombone.

Mi-taïwanais, mi-américain, Peter Lin est né à Baton Rouge, au cours de la Louisiane. Pas étonnant qu’il soit très tôt gagné par le virus du jazz. Mais pas celui de la Nouvelle-Orléans, justement. Plutôt celui de New York et des villes industrielles du nord-est. Pas celui des années 30 mais celui des années 50 et 60. Pas celui de Louis Armstrong mais celui d’Ornette Coleman, John Coltraine ou Miles Davis.

C’est ce qui ressort de son deuxième album avec le TNT Quartet, que nous découvrons ici. Le TNT Quartet signifie simplement Trombone N’ Tenor, les deux instruments qui vont structurer ce ʺNew age, old waysʺ qui, comme son nom l’indique, retourne dans le passé du jazz des années 60 pour le ramener à notre époque moderne avec la force d’un œil neuf. Dans cette aventure, Peter Lin a entraîné Jo Allen (saxophone), Ian Kenselaar (contrebasse) et Nic Cacioppo (batterie), Peter Lin maniant le trombone.

A eux quatre, ces garçons ressuscitent avec brillance l’univers d’Ornette Coleman ou de John Coltrane. Leur jazz sonne comme une parfaite reconstitution du son des années 1957-1963. C’est tellement authentique que je me suis même demandé si ce disque n’était tout simplement pas un album de reprises de vieux standards du jazz. Mais non, en fait, tout est écrit maison par Peter Lin, qui a distribué les partitions de manière magistrale entre ses musiciens, qui se livrent à des prouesses instrumentales mettant en valeur les talents individuels au service d’un collectif imbattable. Dans cette affaire, le batteur Nic Cacioppo est tout simplement fantastique, bien qu’il ne faille pas oublier les interventions phénoménales de Peter Lin au trombone.

L’album est accompagné dans son concept d’un manga dessiné par Kelly Lin. Il raconte la vie d’un musicien de jazz dans une perspective futuriste et peut être lu sur le site web de Peter Lin. C’est une façon intéressante d’unir le passé et le futur, avec le jazz comme point de raccordement.

Si vous voulez donc faire une plongée directe en 1963, fermez les yeux, imaginez-vous dans une grosse Cadillac fonçant vers un club de jazz et mettez-vous ce disque dans les oreilles. L’expérience spatio-temporelle sera garantie.

Le groupe :

Peter Lin (trombone)
Jo Allen (saxophone)
Ian Kenselaar (contrebasse)
Nic Cacioppo (batterie)

L’album :

A Path to Understanding (04:38)
Celestial Being (05:34)
New Age, Old Ways (07:02)
Akong (05:52)
Song of the Amis (05:21)
TNT Theme (05:51)
Red Label (07:32)
Mantis Shrimp (04:48)

https://peterlin.bandcamp.com/album/new-age-old-ways
https://www.facebook.com/peterlinmusic

Pays: US
Autoproduction
Sortie: 2019/04/05

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.